Classification FCI (Fédération cynologique internationale) Groupe 2, Section 3, Numéro 45 : Appartient à la famille des bouviers suisses, de nom allemand « Berner Sennenhund », traduit comme : « chien alpin de vacher de Berne ».

Fiche technique

Taille : de 64 à 70 cm au garrot pour les mâles et de 58 à 66 cm pour les femelles.
Poids : Jusqu’à 50-60 kg pour les mâles et entre 35 et 45 kg pour les femelles.
Robe : Tricolore, noire, rousse (sur les pattes et au dessus des yeux) et blanche (sur le plastron et du museau au sommet du crâne).
Poil : Long ou mi-long, lisse bien qu’un peu ondulé.
Oreilles : Triangulaires, de taille moyenne, arrondies au bout.
Yeux :  De couleur brun foncé, en forme d’amande.
Queue :  Longue, touffue, basse en général, relevée quand le chien est en action.

Histoire

Le Bouvier Bernois tient son nom de Berne, ville de Suisse d’où provient cette ancienne race de chien. Certains disent qu’il s’agit d’une race de chiens locale et très ancestrale (lus de 4000 ans avant Jésus Christ), d’autres pensent qu’ils descendent des dogues Tibétains qui étaient des chiens imposants qui servaient à combattre et à monter la garde pour les légions Romaines. Etant intelligent et ayant une bonne mémoire, il servait à cette époque principalement de chien de troupeaux, de chien de garde ou de chien de transport de petites marchandises.

Le premier événement exposant les premiers exemplaires date de l’année 1902 où ils furent présentés. L’année 1907 marque la publication d’un standard, et 1913 l’officialisation de son nom. La guerre de 39-45 fût difficile pour cette race, compte tenue des conditions de la région et une grande partie de la race disparaît, mais en 49 la race se reconstruit grâce à un apport de Terre-Neuve.

Au niveau du LOF, c’est en 1955 que la première inscription est réalisée, mais il ne se fera réellement connaître que dans les années 1970.

 

Education

Bien qu’étant un chien fermier « bon à tout faire » à la base, il s’est adapté avec le temps et sa bonté et son obéissance en ont fait un très bon animal de compagnie. Il est fidèle et affectueux, bien que courageux et sur ses gardes : il est assez imposant pour dissuader les envahisseurs sans être trop bruyant.

Pour en faire un animal docile, sociable et fidèle, le Bouvier Bernois n’a pas besoin d’un dressage spécialisé, mais simplement d’une bonne éducation dès le bas-âge. Cette éducation doit être patiente car son comportement idéal n’arrive qu’après 18 mois, mais elle doit être ferme sans pour autant être violente. Les échanges et la proximité de la famille sont très important pour parfaire à cette bonne éducation car son ennemi juré est la solitude.

Il demeure un chien calme, qui fuit les environnement bruyants et violents.

 

Caractère

Au quotidien, le Bouvier Bernois est courageux, vigilant et à l’écoute : c’est un chien bien équilibré. Il s’agit d’un animal fidèle à sa famille et il est d’un bon naturel. Il est aussi respectueux des nouvelles personnes de ne montrera pas d’animosité à leur rencontre : il est docile.

bouvier bernois bébé

 

Santé

Comme expliqué dans son histoire, le Bouvier Bernois a traversé des périodes très dures et dans des conditions environnementales éprouvantes, et il a survécu. Il est donc aujourd’hui un chien résistant, et sa santé ne demande aucun traitement de faveur. Ceci étant dit, il demeure un chien de taille conséquente, il n’est donc pas à l’abri de torsions de l’estomac, oreilles infectées, paupières déchirées ou dysplasie de la hanche.

 

Alimentation

Etant un chien de grande taille, le Bouvier Bernois mange en conséquence : il faut donc bien gérer les quantités de nourritures fournies pour ne pas risquer l’obésité canine. Les croquettes sont la solution adéquate, trois fois par jour jusqu’à 12 mois, deux fois par jour ensuite.

 

Aspect

Il s’agit d’un grand chien aux proportions équilibrées, de trois couleurs, aux membres musclés : il a les poils longs et est un chien à la fois puissant et souple.

Bouvier bernois adulte